En mai parle de BD

Eh mais salut.

Ça fait longtemps depuis mes derniers articles, il s’est passé pas mal de trucs depuis 3 mois éui. J’ai arrêté de chouiner par ici parce que j’ai plus trop de raison de le faire et c’est plutôt cool.

Je reviendrai vite de toute façon parce que vendredi on part à Berlin manger des saucisses pendant une semaine. Je ferai plein de photos que je posterai ici comme j’ai fait pour Budapest. D’ailleurs j’ai vendu mon reflex numérique en l’espace de 3-4 jours, je suis surprise de mon non-attachement à ce genre d’objets.

Mais ce que j’ai surtout fait ces derniers mois c’est lire, et surtout des BD. J’avais fixé comme reading challenge sur Goodreads  de lire 55 livres en 2016 mais un arrivage intense(oui) de BD au boulot a fait que j’y suis arrivée super vite (j’en suis présentement à 102% du challenge).

Du coup je vais vous parler super vite de mes coups de coeur BD des derniers mois, et oui j’suis comme ça. Vous êtes prêts à scroller ?

12491996_10208378326474644_3562393927509622856_o
Je suis un peu obligée de commencer par Zaï zaï zaï zaï de Fabcaro, parce que j’avais pas autant ri devant une BD depuis longtemps. Je l’ai acheté pas vraiment par hasard car tout le monde en parle mais sans savoir ce que c’était vraiment. Je m’attendais à un truc un peu intellectuel et j’ai passé mon trajet de métro à me marrer comme une baleine et a montrer chaque planche à Sylvain « ahahah mais si regarde c’est trop drôle ahahaha » (je ne connais à ce jour qu’une seule personne n’ayant pas ri en le lisant et notre relation est depuis très compliquée) (non c’est faux je suis gentille). En bref c’est absurde et drôle et cool et si drôôôle.

nh7_bell1b

 

J’ai été super touchée par Super Sourde de Cece Bell, dans lequel elle raconte comment elle a réussit à dompter son handicap en le tournant en avantage : grâce à la machine qu’elle porte au quotidien pour améliorer son ouïe, elle est tout simplement une super héroïne. J’adore les autobiographies et celle-ci est vraiment bien faite, bien racontée, et les personnages lapins vraiment mignons en plus de tout. C’est un sujet difficile mais bien abordé et qui ne tombe pas dans le pathos. Trop chouette.

 

 

Couv_248270
Premier tome de Lumberjanes par Grace Ellis et Nöelle Stevenson, qui raconte les aventures trop cool de 5 copines trop cool, j’adore le dessin, j’adore les personnages, j’adore que ce soit des filles écrites et dessinées par des filles, y’a pas de cliché, elles sont toutes différentes et elles ne sont pas définies par ça et c’est si cool. J’ai envie de m’abreuver chaque jour de cette BD en attendant la suite qui tarde tellement à arriver en France.

 

 

 

 

pendantque00001
Changeons de registre avec Pendant que le loup n’y est pas de Gallardo et Van Gheluwe, une grosse et belle BD sur l’enfance, les cauchemars, les tensions lorsqu’on entend nos parents parler de sujets graves mais qu’on y comprend pas grand chose. C’est beau mais dur, les planches sur les cauchemars sont angoissantes, une très belle BD sur les questionnements de l’enfance.

 

 

 

235131_c

 

Le Grand méchant renard de Renner, une BD classée jeunesse mais qui m’a fait beaucoup rire et beaucoup pousser des « awww », c’est l’histoire d’un renard qui ne fait pas très peur et qui se retrouve avec des poussins qui le prennent pour leur mère (mais stop le spoil) alors que lui il veut juste être un super méchant, et c’est très drôle et tout mignon.

 

 

 

 

album-cover-large-28536Je l’avais vu passé un peu partout celui-ci et j’étais contente de le voir passer sur mon bureau. La vraie vie de Mardon et Cadène, un récit qui fait le parallèle entre la vie numérique et la vie réelle(?), c’est vraiment bien et j’ai beaucoup aimé le dessin, mais c’est un peu triste (j’ai pleuré).

 

 

 

 

aubry-mutants

 

Les mutants de Pauline Aubry fut un vrai coup de coeur, je l’ai ouvert sans savoir de quoi ça parlait, je pensais un truc un peu SF mais pas du tout. L’auteure nous raconte comment elle a animé un atelier dessin en hopital psychiatrique pour adolescents et comment cet atelier et la rencontre avec les ados a permis sa propre introspection et de se trouver (en tout cas un peu plus). C’est dur car ça aborde des sujets délicats sur l’adolescence et les ados en difficulté mais je trouve ça vraiment bien d’écrire sur cette période et son importance dans la construction de soi.

 

carnet-de-sante-foireuse

 

J’ai dévoré Carnet de santé foireuse de Pozla, dans lequel il raconte le diagnostique tardif de sa maladie de Cröhn, une autobio (je vous ai dit que j’aimais ça ?) durant laquelle je n’ai pas levé les yeux une seule fois. Pozla illustre superbement bien la douleur, les planches colorées font mal mais ne font pas tomber dans l’hypocondrie pour autant. J’étais en apnée jusqu’à ce que je ferme le livre, c’est vraiment une BD géniale et qui prend aux tripes.

 

Les_equinoxes
Et je finis avec Les équinoxes de Pedrosa, une belle oeuvre aux récits croisés, les vies qui avancent, avec ses hauts et ses bas, nos liens avec les gens qui se resserrent ou se cassent au fil des années. C’est très poétique, le dessin est superbe, c’est beau mais c’est triste et j’ai pleuré.

 

 

 

 

Voilà j’espère que ça vous aura donné des (petites) idées de livres à offrir aux prochains anniversaires, à plus dans l’bus !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s