Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil, de Murakami

Quand il s’agit de lecture, je suis un peu monomaniaque. Si un auteur me plaît, je vais acheter la totalité de ses livres. Heureusement pour mon porte-monnaie, mes réels coups de cœur sont assez rares. J’ai présentement deux auteurs que je suis assidûment : John Irving, dont j’ai lu la totalité des ouvrages parus jusqu’à présent, et Haruki Murakami, qui commence à prendre beaucoup de place dans ma bibliothèque. J’ai du mal à expliquer pourquoi ces deux auteurs sont mes petits chouchous, et j’ai même plutôt peur d’en conseiller la lecture, tout d’abord car j’aurais trop peur qu’on me dise que c’est mauvais, et de plus, je trouve que c’est un style spécial qui ne convient pas à tout le monde. Loin de moi l’idée de me vanter de « comprendre » ce style, ce n’est pas un problème de compréhension, plutôt de « feelings ». C’est une écriture qui me touche, et je comprendrais très bien que cela ne touche pas tout le monde.

au-sud-de-la-frontic3a8re-c3a0-l_ouest-du-soleilAujourd’hui, je vous parle de cet ouvrage au nom enchanteur : Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil, d’Haruki Murakami. L’histoire est plutôt simple, notre héros, Hajime, est un homme normal, gérant de deux clubs de jazz, père de famille et relativement heureux. Relativement car depuis son enfance, il est obsédé par son amie Shimamoto,sa seule véritable amie. Les années ont effrité leur relation jusqu’au jour où elle réapparaît dans un de ses bars.

Alors oui, le fond c’est une histoire d’amour. Mais une histoire d’amour à l’orientale. Bien loin des principes occidentaux. Les premiers chapitres du roman, Hajime nous raconte son enfance, sa rencontre avec Shimamoto, ce qui les lie, pourquoi ils sont autant attachés l’un à l’autre. C’est une relation profonde et simple à la fois, c’est une relation tout simplement « belle ». Une relation dans laquelle la moindre caresse, même accidentelle, est empreinte de tendresse et d’amour.

Ce que j’aime chez Murakami, et donc dans ce roman, c’est l’honnêteté de l’écriture, et des personnages. Les personnages se parlent, se disent les choses, les répliques sont parfois longues, les personnages expliquent ce qu’ils ressentent aux autres. Honnêtement. On est loin des relations où il faut faire mariner l’interlocuteur, ne répondre que par des « Oui » ou des « Non », où on nous inculque des valeurs de « Faites-le mariner ». Murakami renverse toutes ces conventions en prônant la communication. Les personnages apparaissent comme purs, comme des nouveaux nés, naïfs mais tellement attendrissants. Ils ne se cachent pas derrière un masque, ils sont eux-mêmes, ils s’acceptent tels qu’ils sont, ne cherchent pas à devenir spécialement meilleurs s’ils ne s’en sentent pas capables. On a affaire à des personnages normaux dans lesquels il est si facile de s’identifier. Et c’est ce qui fait la force de Murakami. De nous présenter des personnages à la fois honnêtes et sensibles mais tout en retenu. On ne trouve pas d’effusion d’amour dans ses romans, pas d’aéroport larmoyant et de calins sur les quais de gare. Juste l’amour sincère, vulnérable.

J’ai récemment lu de Murakami son Autobiographie de l’auteur en coureur de fond, dans laquelle il raconte son parcours, de comment il a commencé à courir jusqu’à aujourd’hui quand il court ses marathons. Et c’est la première fois qu’une autobiographie me touche autant. Murakami ne se cache jamais, il s’expose, il expose ses personnages, et il le fait magnifiquement bien.

Un ouvrage tellement touchant que je vous laisse avec cette citation, sur ce, bonne soirée !

« Sa main semblait parfaitement adaptée aux battements de mon cœur. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s