Michael Crichton, le roi du techno-thriller

Ce soir, un post lecture. Après m’être dépêtré de ma lecture de The secret dreamworld of a shopaholic, de Sophie Kinsella (je ne veux pas en parler, c’était juste nul.), je m’attaque à quelque chose de plus « classique » et qui figure sur ma nouvelle liste de livres à lire, à savoir ceux qui ont été adaptés au cinéma et sont devenus des classiques du cinéma, à savoir Jaws ou the Exorcist (que j’attends avant de lire, parce que mon père m’a dit que ça faisait pas mal flipper donc voilà…)

Donc, je me suis mise au Parc Jurassique, du célèbre Michael Crichton, créateur entre autres de la série Urgences. Je lis très peu de thriller ou de policier en général, mais je me suis mise récemment aux Conan Doyle avec Sherlock Holmes et je me suis dit que je devais m’ouvrir un peu à cette catégorie. De plus, Crichton donne aussi dans la Science-fiction et ça, ça me botte pas mal.

Résumé de la 4è de couv : Une petite île du Pacifique perdue dans le brouillard. Un vieillard milliardaire qui réalise enfin son rêve : créer le parc d’attractions le plus original du monde. Une entreprise américaine spécialisée dans la recherche génétique, en particulier le clonage, qui travaille d’arrache-pied et dans le plus grand secret à recréer des dinosaures : en tout, quinze espèces différentes, au comportement soi-disant inoffensif. Un triomphe scientifique qui tourne au désastre lorsque le jeune paléontologiste Alan Grant, un des premiers visiteurs du parc, rencontre l’inconcevable… Une formidable course poursuite de vingt-quatre heures pour éviter le pire.

Bien sûr on a tous le film en tête. Du coup, j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire. Je l’ai trouvé assez lent à démarrer. Beaucoup de personnages, j’ai été un peu perdue avec les noms, sauf de ceux dont je me souvenais être dans le film, comme Alan, Malcolm ou les deux enfants.  Je pense que cela a été accru à cause de l’emploi de la 3è personne et du point de vue externe.

Michael Crichton, qui n’est pas scientifique de formation, arrive néanmoins à nous faire réellement douter de la possibilité de construire un parc d’attractions de ce type. Son livre est très bien documenté, beaucoup de références, peut-être un peu trop de termes techniques, beaucoup de termes informatiques, même si c’est très vulgarisé, on retrouve parfois des morceaux de code informatique et si on ne s’y intéresse pas trop, ça peut paraître un peu barbant ou rébarbatif. Ayant une double partition avec linux, j’ai touché un peu au code (enfin vite fait, je sais faire les mises à jour de mon kubuntu quoi.) et du coup j’ai reconnu quelques morceaux, quelle fierté !

Après, je dois quand même avouer que je n’ai pas vraiment ressenti de suspense comme on me l’avait dit. J’ai un peu de mal à ressentir les émotions dans les livres. Il m’est arrivé de verser une larme en lisant, mais avoir peur non. Après Le Parc Jurassique n’est pas un livre d’horreur, juste un thriller à suspense(pléonasme ?). J’ai quand même retenu mon souffle pour le passage avec le tyrannosaure, mais globalement j’ai plus perçu d’angoisse pendant le passage avec les raptors dans le film. L’action est assez rapide et concentrée sur la deuxième moitié du roman, dommage…

Il faut que je lise Le Monde perdu maintenant.

Ensuite, j’ai lu La Proie, et je l’ai vraiment dévoré, je l’ai lu en une journée.

Ici on passe à la nanotechnologie, une branche très particulière et très précise. J’avais un peu peur de me lancer car je n’y connais rien de rien, mais comme pour Le Parc Jurassique, malgré les termes parfois précis, on retrouve une vulgarisation qui ne permet pas d’être totalement perdu.

4è de couv : Personnalité des milieux high tech de Silicon Valley, Julia dirige Xymos, une jeune société qui fabrique des nanoparticules, ces robots infiniment petits destinés à la recherche militaire. Depuis quelques temps, le comportement de Julia est étrange. Elle s’absente de plus en plus souvent, se cache pour téléphoner, se désintéresse de son bébé malade, prononce des phrases incohérentes…
Jack, son mari, veut comprendre. Chercheur en informatique, il parvient à se faire embaucher par Xymos pour une mission de consultant. C’est là, dans un curieux complexe technologique au coeur du désert du Névada qu’il va découvrir jusqu’où peuvent aller le génie et la folie des scientifiques. Seul, il devra affronter un prédateur que nul n’avait imaginé jusque là. Un prédateur infiniment petit, mais qui menace la planète.

Un suspense qui va crescendo dans cette histoire qui commence par les suspicions de Jack, qui pense que sa femme a une liaison. J’ai vraiment adoré ce roman. Ici, de la 1ère personne, celle de Jack, dont on partage les doutes et les craintes. Une aventure qui démarre doucement pour terminer en apothéose. Même si on en vient à se demander si l’ennemi n’est pas l’homme plutôt que la machine au final (comme dans beaucoup de romans de ce type), ces nanotechnologies font froid dans le dos.

Bref, un roman passionnant, qui l’est encore plus grâce à l’écriture de Crichton, très fluide, ça se lit tout seul, je suis vraiment super contente de l’avoir découvert (avec beaucoup d’années de retard, certes…)

Un auteur qui va peut-être me faire me penser un peu plus sur les thriller, et que je recommande chaudement, surtout si vous êtes intéressés par les nouvelles technologies.

En passant, je vais créer une nouvelle page sur ce blog, que j’appellerai portfolio ou quelque chose comme ça, pour poster un peu ce que je fais et avoir vos avis !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s