Un petit détour par le Japon

Bonsoir à tous !

Alors non je ne suis pas allée au Japon dernièrement, j’ai juste fini ma lecture du 1er tome de 1Q84 de Murakami (je fais des blagues drôles n’est-ce pas.). Et c’est de la bombe. Il faut quand même que je précise que j’ai des goûts particuliers en matière de littérature. Je ne me considère pas du tout comme une marginale ou quoi, loiiiin de là même, mais parfois j’ai l’impression que j’aime des romans que les gens n’aiment pas spécialement. Prenons John Irving, écrivain de mon coeur. J’ai adoré Garp, et depuis je les ai tous achetés(pas encore tous lu néanmoins), et à chaque fois que j’en lis un, j’accroche, j’adore, je le dévore.

Sauf que j’ai plusieurs fois prêté des John Irving, et j’ai rarement eu de bons retours. Les gens ont du mal à rentrer dans ses romans. Alors je ne dis pas non plus que moi j’ai cette capacité bla bla, mais ça m’étonne. Et j’ai le sentiment que Murakami c’est plus ou moins la même chose. J’en ai lu 3, Chroniques de l’oiseau à ressort, La course au mouton sauvage et donc 1Q84 et j’ai toujours la même sensation en lisant un de ses ouvrages, c’est « wtf? ».

C’est toujours complètement barré, il se passe mille choses, parfois du fantastique, parfois non, parfois juste du complètement fou. J’adore ça. Dans Chroniques de l’oiseau à ressort, le héros qui a une vie somme toute banale se met un jour à recevoir des coups de fil d’un téléphone rose, comme ça. Et ça, ça devient une des intrigues du livre. Comme ça. Ce que j’aime avec Murakami, c’est qu’il part de rien, de l’histoire la plus banale et sans intérêt qui soit et qu’il en fait quelque chose de sublime et qui parait la plus extraordinaire chose au monde. On sait en général très peu de ses personnages, ils sont très peu détaillés finalement, ce sont toujours des « monsieur/madame tout le monde », métro-boulot-dodo(-chat-sexe dans le cas de Murakami souvent aussi.), un peu chiants, le genre de gens qui n’a pas grand chose à raconter parce qu’il ne fait rien de sa vie mais Murakami arrive a en faire des vrais héros, toujours embarqués dans des histoires pas possibles.

C’est ce que j’aime chez Murakami, sa capacité à rendre le « rien » intéressant, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Personnellement j’adore, mais je comprends aussi que ça peut être repoussant parce que souvent ses romans sont assez longs à démarrer.

Revenons-en  à 1Q84, un petit résumé pris sur le site de la Fnac(le maaaaaal.):
« Au Japon, en 1984.
C’est l’histoire de deux mondes, celui réel de 1984 et un monde parallèle tout aussi vivant, celui de 1Q84. Deux mondes imbriqués dans lesquels évoluent, en alternance, Aomamé et Tengo, 29 ans tous deux, qui ont fréquenté la même école lorsqu’ils avaient dix ans. A l’époque, les autres enfants se moquaient d’Aomamé à cause de son prénom, « Haricot de soja », et de l’appartenance de ses parents à la nouvelle religion des Témoins. Un jour, Tengo l’a défendue et Aomamé lui a serré la main. Un pacte secret conclu entre deux enfants, le signe d’un amour pur dont ils auront toujours la nostalgie.
En 1984, chacun mène sa vie, ses amours, ses activités.
Tueuse professionnelle, Aomamé se croit investie d’une mission : exécuter les hommes qui ont fait violence aux femmes. Aomamé a aussi une particularité : la faculté innée de retenir quantité de faits, d’événements, de dates en rapport avec l’Histoire.
Tengo est un génie des maths, apprenti-écrivain et nègre pour un éditeur qui lui demande de réécrire l’autobiographie d’une jeune fille échappé de la secte des Précurseurs. Il est aussi régulièrement pris de malaises lors desquels il revoit une scène dont il a été témoin à l’âge d’un an et demi.
Les deux jeunes gens sont destinés à se retrouver mais où ? Quand ? En 1984 ? Dans 1Q84 ? Dans cette vie ? Dans la mort ? »

Ce qui est bien, c’est que c’est assez spoilant. Ou alors c’est moi qui n’avais rien compris. Mais j’ai percuté très tard, en même temps qu’Aomamé, que l’un des deux était en année 1Q84, et j’ai peut-être zappé le moment où il est écrit qu’ils ont été dans la même école mais je ne savais pas.  Voilà voilà ah ah.  Le roman est découpé en plusieurs chapitres, qui raconte alternativement les histoires de Tengo d’un côté et d’Aomamé de l’autre. Dans ce premier tome, on ne voit aucun lien entre les personnages(enfin il me semble,  c’est là que je trouve le résumé spoilant même si ce n’est rien de très grave étant donné que c’est assez obvious quand même.), leurs deux histoires avancent sans que rien ne les relie.

Pour être totalement honnête avec les dubitatifs, il ne se passe pratiquement rien dans ce premier tome. L’histoire se met en place, assez doucement il faut bien le dire. Mais c’est tellement bien raconté. Murakami est le seul écrivain qui, pour l’instant, arrive à rendre intéressant quelqu’un qui nourrit son chat. Sincèrement. Il faut se mettre dedans. C’est peut-être un peu fastidieux de rentrer dans l’histoire, parfois un peu « wtf », « où est-ce qu’il veut en venir? » mais une fois passé tout ça, c’est que du bonheur. J’ai hâte de lire le 2è tome. Et Murakami est en voie de devenir mon 2è auteur favori, ça m’a motivé pour acheter ses livres qui me manquent !

Bonne soirée ! Désolée pour l’article un peu trop long…

 

Publicités

Une réflexion sur “Un petit détour par le Japon

  1. Disons que me concernant, avec Murakami j’ai toujours l’impression de sortir d’un rêve dans le sens le plus concret: c’est limite si on se rappelle de l’histoire. Enfin, c’est comme ça que je le ressens… Avec lui on se prend pas le chou, on suit l’histoire, c’est pas mal écrit du tout, quoique écrit simplement, et on vit une histoire des plus étranges. Une lecture agréable en somme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s